DÉCOUVRIR LA P&E

La Plume et l’Epée est un prix littéraire, remis chaque année depuis 2009, et visant à promouvoir la culture, la réflexion et l’écriture sur les sciences militaires et les questions de Défense.

Les engagements opérationnels actuels de nos armées, multiples et exigeants, démontrent cette nécessité pérenne pour le chef militaire « d’agir en homme de pensée et de penser en homme d’action » (Henri Bergson).

Ce prix encourage ainsi la production écrite des militaires, dans le fil de ce que firent en leur temps Vauban, Stendhal, Vigny, Lyautey, Foch, Gallois et naturellement de Gaulle, par cette synthèse entre l’action (l’épée) et la réflexion (la plume).

Les questions de défense et de sécurité concernent l’ensemble des citoyens, pour nourrir et partager l’esprit de défense et construire la capacité de résilience, tous deux indispensables face aux risques et aux menaces auxquels notre société française devra toujours faire face. C’est pourquoi La Plume et l’Epée récompense aussi les auteurs civils qui consacrent de leur temps à l’écriture sur le métier des armes et les militaires.

Pourquoi La Plume et l’Épée?

La Plume et l’Épée a pour objectif de stimuler la culture et la pensée militaires en honorant les auteurs qui suscitent la réflexion sur le métiers des armes.

Stimuler la culture et la pensée militaire

Certains des plus grands écrivains français ont été militaires. Agrippa d’Aubigné, Vauban, Laclos, Stendhal, Ardant du Picq et, plus proches de nous, Lyautey, Foch ou de Gaulle, en faisant l’histoire –tant militaire que culturelle – de notre pays, symbolisent la synthèse entre l’action et la réflexion, entre l’épée et la plume.

C’est dans ce sens qu’agit la formation militaire, qui vise précisément à allier, sur le théâtre d’opérations, le savoir faire la guerre et la capacité à négocier et bâtir dans l’urgence.

Honorer la pensée militaire

La Plume et l’Épée met en lumière ceux qui, tout en remplissant des fonctions opérationnelles, consacrent du temps à l’écriture sur le métier des armes et font l’effort de publier : méconnus, ils sont cependant nombreux et talentueux.

Mais ils n’ont pas l’exclusivité de la pensée militaire, et ce forum est également ouvert aux auteurs issus de monde civil, dont la réflexion est tout aussi profitable à la formation du chef.

Définir la culture militaire

Les sciences militaires regroupent l’histoire, la géographie, les relations internationales, la stratégie, la tactique générale, l’éthique, la sociologie militaire, l’économie de défense et les connaissances techniques et scientifiques générales.

Ces disciplines peuvent être réparties en quatre thèmes : l’art de la guerre, l’homme et la guerre, la société et la guerre, les sciences et la guerre.
Toutefois, loin de se réduire à la seule érudition, la culture est comprise comme l’aptitude à réfléchir à partir de connaissances puisées dans l’expérience et des acquis intellectuels. C’est en cela que la culture militaire constitue un des fondements de la compétence de l’officier et lui permet d’optimiser ses actions à finalité opérationnelle et sa crédibilité. Par son développement, elle permet le mûrissement d’aptitudes indispensables comme le discernement, la faculté d’analyse et de prise de recul, l’ouverture d’esprit et l’affinement de la pensée critique.
La fréquentation d’auteurs de qualité est en outre une source de repères et une aide à la maturation des concepts. Elle est donc indispensable à tout cadre militaire, quel que soit son niveau, au moment où, isolé, il doit dans l’urgence mettre en œuvre ses capacités à apprécier la situation.
Elle est, enfin, un prérequis indispensable pour tous les officiers appelés à tenir des postes de responsabilité dans la sphère politico-militaire ou des postes de conception en état-major.